Une semaine en Guyane, à la fin de la saison sèche. C'est très court, on peut seulement commencer à connaître le village de Saül, relié au reste du monde par une piste d'atterrissage, mais en aucun cas isolé de ce monde.

Quelques jours à Saül permettent seulement de commencer à percevoir la forêt (amazonienne), à l'écouter.

Nous ne pouvons que vous montrer quelques images, histoire de vous donner envie d'aller à la rencontre de ce village, de la Guyane. Il vous faudrait aussi entendre la forêt.

L'émerveillement commence avant l'arrivée à Saül. Le vol depuis Cayenne ne peut évidemment que nous faire prendre conscience de l'importance de la forêt dans toute vie.

La forêt est aussi aménagée pour permettre aux touristes de commencer à la découvrir. L'ONF a balisé autour de Saül un layon où les arbres sont souvent nommés.


La forêt amazonienne regorge d'animaux, comme le montrent les documentaires de National Geographic. Il faut être beaucoup plus modeste, voir des animaux au loin, les écouter avec plaisir, mais ne pas s'imaginer les croiser chaque minute, à portée d'objectif !

Enfin, Saül est un village français, ne nous y trompons pas; on y trouve mairie, école (2 classes), cathédrale et agence postale. Même les poubelles et les fontaines nous sont familières.


Bon voyage en Guyane !

Nous avons préparé le nôtre avec Christian Baur, qui organise des séjours autour de Saül, et merci à Louis, notre guide amérindien, qui a commencé à nous enseigner sa forêt.

Il existe plusieurs sites évoquant la guyane. nous apprécions celui de Jean-François Perrier, à qui nous avons emprunté le toucan que vous trouvez en tête des pages de photos.

(c) G. Bousquet, B. Mailhol, 1998. Mise à jour au 27 mars 1999

[la suite de cramcram]